Site du Fort
Vieil Aubin
Patrimoine Religieux
Patrimoine Minier
Musée
de la Mine
Maison de
la Mémoire
Résistance Déportation
Citoyenneté
Visites
Guidées
Artisanat
Aux
Environs
Le Site du Fort
 
Perché depuis l’Antiquité sur son éperon rocheux, le Site du Fort veille sur Aubin et la vallée de l’Enne.
Déjà les Romains, vers 193 après J. C, soucieux de protéger les richesses naturelles de la vallée (minerais de charbon et de fer, source thermale), avaient édifié un camp militaire. Au Xème siècle, les premiers seigneurs d'Albin, issus de la lignée des Comtes du Rouergue édifièrent une véritable forteresse militaire au pied de laquelle la ville d'Aubin se développera. Aubin était né!
Protégé par une paroi rocheuse de plus de 12 mètres de haut le fort d’Aubin était réputé imprenable. Au plus haut sommet, sur l’étroite dorsale du piton, se devinent encore des points de guet ou de tir. Là se trouvaient les fortifications maçonnées, les tours carrées dont on voit en divers points les embases.
Le fort conservera jusqu’au XVIIIe siècle son utilité comme position militaire et stratégique avant d’être abandonné.
Site du Fortttg
De l’ancien Fort nous sont parvenus la tour carrée, l’église et de nombreuses "cases à encoches" témoins des anciennes habitations construites contre le rocher.
Délaissé pendant plus de 30 ans, le site a retrouvé sa beauté d’antan grâce au travail de restauration de l’association Les Amis du Vieil Aubin, créée en 1989.


Vierge à l'enfant

Le buste de la Vierge à l’Enfant

Erigée en 1858, elle fut foudroyée lors d’un violent orage le 4 septembre 1964. Restaurée grâce à l’association Les Amis du Vieil Aubin, elle fut placée à l’entrée du fort et inaugurée le 15 juin 1996.

L’église de la Cène ou Saint-Amans du Fort

Petite église à l’abside préromane, construite à partir du Xème sicèle, elle a été modifiée en 1395 lorsque l’on ajouta la « tour clocher » dans le prolongement exact de la nef. Cette tour, haute de 12 mètres, faisait partie du système défensif du fort, servant à la fois de clocher et de tour de guet.
Délaissée dès le XIIe siècle au profit de l’église Notre-Dame d’Aubin puis abandonnée définitivement au XVIIe siècle, elle fut sauvée en 1858, grâce à trois frères jésuites qui organisèrent une souscription publique pour sa restauration. Elle fut alors rendue au culte.
Une procession a lieu tous les ans, le jour du vendredi Saint.



La tour carrée

Deuxième vestige du Fort, elle était utilisée uniquement pour le guet et la défense du site. Jamais elle ne fut habitée, et son sol d’ailleurs n’est rien d’autre que le rocher. Sa position au sommet du piton rocheux la rendait imprenable. On y accède toujours par des escaliers creusés à même le roc.
Au pied de la tour, adossé au rocher, s'élevait le logis seigneurial, logis dont on voit encore les points d'encrage des poutres taillés dans le rocher.

Chemin de croix et calvaire

Les 14 stations ont été érigées en 1858 sur l’arête rocheuse, grâce à une souscription publique. Le chemin de croix mène à la statue de la Vierge puis au calvaire. On le gravit le jour du vendredi Saint dans le chant des cantiques.
Le sommet du Fort offre une magnifique vue sur la vallée de l’Enne et sur la ville d’Aubin (église Notre-Dame d’Aubin, quartier du Gua et ses cheminées…).


Le site du Fort est accessible librement toute l'année. Un dépliant de visite est à la disposition du visiteur au Syndicat d'Initiative ou en téléchargement via le lien suivant : Dépliant du site du Fort et du Vieil Aubin.
Des visites guidées sont organisées en juillet et août. Pour plus d'informations, rendez-vous à la page Visites guidées
Liens utiles Plan du Site Mentions Légales Retour haut de page